S’asseoir… Quel plaisir !

Partager

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp

Depuis la nuit des temps et à travers l’histoire, les hommes ont inventé et ont fait évoluer les assises selon des traditions, des styles propres, les époques et bien sûr les créateurs ! Très vite, les sièges ont joué un rôle important dans les sociétés. Ils sont devenus pour certains des symboles accompagnant le pouvoir, sous toutes ses formes et pour d’autres, des symboles de la contestation ! De grands ébénistes et artisans, parfois de grandes familles de créateurs se sont très vite positionnés pour créer des pièces incontournables, ou encore un style tout à fait unique !! Les assises sont pour certaines devenues des pièces à la frontière entre œuvres d’art et mobilier. Tous ces sujets de réflexion nécessitent d’être présentés en images !

Néanmoins, des revirements de la notion de « beau » dans le mobilier ont fait que certains créateurs se sont dirigés vers une recherche plus fonctionnelle de l’assise ! N’est-il pas important de dîner assis sur des sièges agréables, de lire confortablement dans un bon canapé, ou encore de travailler assis dans une position qui nous convienne ?

Comme de nombreux designers, Jean Prouvé, en créant ses assises, disait : « Jai toujours eu ce souci de la construction bien faite ». Partons donc à la découverte de l’évolution de ce meuble aussi essentiel qu’iconique !

D.R.

L’exposition au Musée des Arts décoratifs : « Les Assises du siège contemporain », lors des manifs de Mai 68… Cette rétrospective a ainsi permis de découvrir et de comprendre la place importante qu’a toujours eu le siège dans les différentes sociétés, au cours du XXème siècle.

D.R.

Depuis la nuit des temps, l’assise doit avant tout être confortable pour chacun d’entre nous ! Mais à chacun son confort !

Courtesy Galerie Downtown – François Laffanour

… Comme l’avait si bien compris Jean Royère dans ses créations – avec entre autres le canapé ‘Ours polaire’ !
La forme sinusoïdale, si chère au décorateur, se déploie ici pour atteindre un certain idéal de confort, primordial pour son créateur !

D.R.

Dans l’histoire, les reines et les rois ont toujours cherché à se positionner comme supérieurs à la Cour, et même entre différentes Cours, en ayant un mobilier royal qui se différencie des autres, afin d’asseoir leur légitimité.

D.R.
D.R.

Pour certains, l’ascension, le pouvoir, le succès, nécessite de se représenter assis sur un trône de bois doré et d’ivoire, comme l’illustre ce fameux tableau de Jean-Auguste Dominique Ingres, Napoléon assis en majesté sur un trône de Jacob !

D.R.

Tandis que les notables ou riches commerçants montrent leur supériorité sociale en se faisant transporter en chaise à porteur : tradition chinoise ancestrale !

Courtesy Galerie Downtown – François Laffanour

A la fin des années 30, Jacques Adnet dessine son mobilier en se dirigeant vers un style plus classique mais revisité, qui reprend la forme du mobilier XVIIème : la tradition à la Française, mais dans une modernité qui lui est propre.

Courtesy Galerie Downtown – François Laffanour
D.R.

Mais les Rois, les princes, les bourgeois, tout comme les amateurs d’art ont aussi cherché le luxe dans la création contemporaine de chaque époque !
Ci-joint les fauteuils « Ambassadeur » de Jean Royère, réalisés pour la salle de cinéma du Shah d’Iran vers 1958.

D.R.

Le meuble peut aussi être sculpture… Tout au long du XXème et XXIème siècle, les designers ont créé des meubles, des assises, des objets en lien avec la culture et les révolutions intellectuelles du moment, comme avec cet incroyable fauteuil : assise/oeuvre d’art du Groupe Monolith, 1986.

D.R.

Au XIXème, en Allemagne, c’est la Famille Thonet qui invente des formes nouvelles, sculpturales, notamment avec l’utilisation de bois courbé.

D.R.

Au début du XXème siècle, un style nouveau s’invente avec l’un des maîtres incontestables de cette époque : Antoni Gaudi ! Avec Gaudi, principal représentant de ce que l’on appelle le modernisme catalan, le meuble vient s’intégrer dans une architecture intérieure déjà spécifique ! A la Casa Batllo, les sièges deviennent organiques ! Ses créations, basées sur l’observation de la nature, sont toujours ondulantes et ne possèdent pas d’angle droit.

D.R.

D’autres, comme Jacques-Émile Ruhlmann, dessinent dans les années 20 des chaises longues luxueuses, notamment celle-ci, dite « chaise longue aux skis » en 1929, pour le Maharajah d’Indore.

D.R.

Dans l’après-guerre, en France, les designers des années 60-70 sont pour certains dans une utopie totale, voulant transformer le monde… à l’image de ce projet d’aménagement pour un Hall d’aéroport par Bernard Govin !

D.R.

Mais les Italiens sont très forts !!

Ils créent des meubles en série comme cette chaise ‘Pratone’ de Pietro Derossi et Giorgo Ceretti (1966).

D.R.
Courtesy Galerie Downtown – François Laffanour

Ou encore Superstudio, agence d’architecture florentine, qui créé le canapé ‘Bazaar’, vers 1969.

D.R.

… Le canapé ‘Cova’ de Gianni Ruffi (1973).

Courtesy Galerie Downtown – François Laffanour

Les chaises « Dalila » de Gaetano Pesce, réalisées au début des années 80.

Courtesy Galerie Downtown – François Laffanour

Ou enfin la série « Animale Domestici » (1985) d’Andrea Branzi dans sa plus grande radicalité.

D.R.

Les Japonais, quant à eux, en utilisant des matériaux nouveaux, comme le papier ou le plastique, ont une approche plus poétique, comme pour ces deux sièges de Yoshioka Tokujin (2001).
Comme à leur habitude, ils mêlent innovation technologique et tradition séculaire, pour un design toujours plus innovant.

Courtesy Galerie Downtown – François Laffanour

N’oublions pas également le style de Ron Arad, unique en son genre, qui marque au début des années 90 l’entrée dans le Design du XXIème siècle !

D.R.

… Tout comme Wendell Castle et ses véritables formes sculpturales !!

D.R.

Mais s’asseoir doit avant tout être fonctionnel et cela commence notamment à l’école !

D.R.

Aux États-Unis, le Fonctionnalisme apparaît au début du XIXème siècle, au sein de la communauté des Shakers. L’une des sources de réflexion pour cette communauté de Nouvelle-Angleterre est que le mobilier doit être un bien utile, vital, dépouillé de tout décor ou ornementations, car ces derniers signifieraient un positionnement social non recherché !

D.R.

Dans les années 20, le modernisme à la française a déjà ses maîtres qui marqueront le XXème siècle ! Pour Le Corbusier, Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand, il s’agit de réfléchir à un mobilier minimal, fonctionnel créé à partir de tubes métalliques. La chaise longue épouse la position du corps au repos. Pour un meilleur confort, elle peut se positionner selon que l’on veuille lire ou dormir !

Courtesy Galerie Downtown – François Laffanour

Dans cette idée, ce fauteuil en tube est réalisé à la même époque, par Le Corbusier, Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand et présenté au Salon d’Automne en 1929, pour ‘un intérieur moderne’. Il marque cet attachement à la modernité, caractérisé entre autres par la fondation de l’UAM (Union des Artistes Modernes), la même année.

D.R.
Courtesy Galerie Downtown – François Laffanour

… Un autre maître incontournable du mobilier français, des années 30 aux années 50 : Jean Prouvé. Il recherche avant tout le développement de la production en série. Sa chaise dite « Standard », tout comme son tabouret deviendront des pièces iconiques.

D.R.

A la même époque, Pierre Jeanneret s’expatrie en Inde, pour suivre la construction de la ville de Chandigarh, réalisée par son cousin, Le Corbusier… Il se voit aussi confier l’aménagement des bâtiments, pour lesquels il réalisera tout un mobilier fonctionnel, simple et épuré, avec des matériaux locaux, comme le teck ou le cannage.

Courtesy Galerie Downtown – François Laffanour
D.R.

Dans les années 50-60, l’architecte mexicain Luis Barragan avait lui aussi intégré dans son architecture du mobilier, réalisé sur mesure pour ses commanditaires. Son architecture est très minimale donc son mobilier l’est aussi, hérité du Bauhaus allemand, de l’architecture géométrique de Le Corbusier et de l’architecture traditionnelle mexicaine, bien sûr…

D.R.

Les années 80 marquent la continuité de la tradition française qui est de créer en suivant son époque mais avec un rythme nouveau, comme celui de Philippe Starck.

Bon, en conclusion, qu’on soit …

D.R.

Président de la République, comme les Pompidou et l’aménagement contemporain de l’Élysée, réalisé par Pierre Paulin,

D.R.

Intellectuel et collectionneur, comme le couturier Jacques Doucet et l’aménagement intérieur de son hôtel particulier, avec les assises de Pierre Legrain, entre autres.

D.R.

Avec des amis, à la maison,

D.R.

Ou Tout seul, au milieu des autres,

D.R.

ou toute seule, à la maison,

D.R.

.. ou à deux, au jardin public,

Finalement, le sièges est important – voir primordial – dans la vie quotidienne car comme le soulignait le philosophe Alain : « Chacun pense suivant la nature du siège sur lequel il est assis ».

© depuis 1980 Laffanour Galerie Downtown
18 rue de Seine, 75006 Paris
+33 1 46 33 82 41

Membre de la Compagnie Nationale des Experts
Membre du Syndicat National des Antiquaires
Partenaire du Musée des Arts Décoratifs

©2020 Laffanour Galerie Downtown
18 rue de Seine, 75006 Paris
+33 1 46 33 82 41

Membre de la Compagnie Nationale des Experts
Membre du Syndicat National des Antiquaires
Partenaire du Musée des Arts Décoratifs

Inscription à la newsletter

Pour recevoir la newsletter de la galerie Laffanour-Downtown, merci d’utiliser le formulaire de contact ci-dessous.